Chapitre 1 

Ah tiens, vous êtes encore là ? Vous voulez donc vraiment que je vous raconte mon histoire… Prenez garde, ça fait froid dans le dos. Mais commençons par le commencement, je suis né le 6 juin 1980, par un vendredi chaud. Ma mère m’a mis au monde dans un hôpital du sud de la Grèce dont elle est originaire. Mon père étant Anglais ils m’ont nommé Josh Iason William. Un parfait mélange de mes deux origines. On m’a affublé du nom de faille de mon père : Martin. Nous avons déménagé en Ecosse lorsque j’avais trois ans. On ne peut pas dire que j’ai eu une enfance malheureuse. J’ai pourtant vu mes parents se déchirer jusqu’à l’âge de huit ans. Puis ils ont divorcé. Je vivais avec mon père, j’allais chez ma mère tous les week-ends. Mon père s’est remarié quand j’avais onze ans, et ma demi-sœur est née quelques mois plus tard. Ils l’ont appelée Mary-Ann. A l’école j’étais un élève doué, mais feignant. Je ne me suis jamais foulé jusqu’à mon examen final, à l’âge de 18 ans. Puis j’ai quitté l’Ecosse pour Londres, afin de faire mes études. Je ne suis pas parti seul, ma petite-amie est venue avec moi. Elle s’appelle Jenny. Une belle jeune fille rousse que j’ai rencontrée au lycée. Elle m’a plus tout de suite, et lorsque nous avons emménagé ensemble à Londres, cela faisait déjà trois ans que nous étions ensemble. Vous vous demandez si nous sommes encore ensemble ? Vous le découvrirez bien assez tôt. Revenons-en à mon enfance. Je n’ai jamais été malheureux, je n’ai pas non plus connu de grandes joies. J’ai passivement vécu. Une fois à l’université, ma vie a changé du tout au tout. Je me suis mis à sortir, parfois avec Jenny, parfois sans. J’ai vécu à fond mes trois premières années d’études, je suis devenu sérieux les deux suivantes. Le jour de la remise des diplômes, à l’âge de 23 ans, j’ai demandé Jenny en mariage, devant tous nos amis. Bien évidemment elle a dit oui, et nous avons commencé les préparatifs.

Nous nous sommes mariés elle et moi en juin 2004, j’avais alors 24 ans. Nous nous connaissions depuis presque dix ans, et il paraissait logique à tout le monde que nous ayons décidé d’officialiser notre relation. A cette époque-là j’étais un homme heureux, épanoui. Je venais de décrocher mon premier poste, dans une petite banque.  Jenny elle travaillait alors dans une école du Sud de Londres, elle était maîtresse d’école. Nos deux familles au grand complet, et nos plus proches amis étaient réunis en ce très chaud samedi où nous nous sommes dits oui. Je me souviens que j’avais très chaud dans mon costume, et que ma femme elle aussi avait chaud sous sa longue robe. Nos invités eux portaient des tenues très légères. Je revois encore nos sourires béats au moment d’échanger nos consentements. Puis il y avait eu une grande fête, dans un petit château. A deux heures du matin nous n’avions encore pas mangé le gâteau. Je m’étais éclipsé en cuisine, afin de le préparer, car pour des raisons de budget nous avions décidé de nous occuper de tout nous-même. Ma femme traînait sur la piste de danse avec ses sœurs, Kendall et Samantha. Dans l’immense cuisine, je m’applique à sortir les différents gâteaux du frigo afin de les mettre sur la structure prêtée par le pâtissier, sur la desserte roulante. J’en étais au deuxième gâteau quand Kate, la meilleure amie de ma femme, son témoin aussi, est entrée dans la pièce. Je ne me souviens plus trop ce qu’on s’est dit, tout ce que je sais c’est que grisés par l’alcool nous avons fait l’amour. Oui bien sûr j’aimais ma femme, mais Kate était un vieux fantasme, et la chaleur extérieure, l’alcool, la joie, bref tout ça m’a fait commettre un impair. Le premier d’une très longue série. Après avoir baisé la meilleure amie de ma femme j’ai repris mon travail et j’ai amené le gâteau dans la salle quelques minutes plus tard. Cette nuit-là j’ai fait l’amour avec ma femme comme jamais nous ne l’avions fait. A bien y repenser, je pense que c’est à partir de ce moment-là que ma vie a commencé à dégénérer. Vous voulez en savoir encore plus ? Pourtant vous ne devriez pas. Ma vie ressemble à une mauvaise série B sur une chaîne américaine. Mais bon, je vous aurai prévenus…